Changements apportés aux critères d’admissibilité de l’examen de la CNE

Le lancement d’une prestation plus flexible de l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I, à l’échelle internationale au printemps 2019 entraînera plusieurs changements complémentaires aux critères d’admissibilité de l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE). Ces modifications permettront de supporter les candidats et d’offrir davantage d’équité et de flexibilité alors que nous approchons cette transition dans l’évolution de nos évaluations.

Le lancement d’une prestation plus flexible de l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I, à l’échelle internationale au printemps 2019 entraînera plusieurs changements complémentaires aux critères d’admissibilité de l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE). Ces modifications permettront de supporter les candidats et d’offrir davantage d’équité et de flexibilité alors que nous approchons cette transition dans l’évolution de nos évaluations.

Veuillez noter que nous introduirons les changements suivants aux critères d’admissibilité de l’examen de la CNE à compter de la session de mars 2018 :

Pour les étudiants et diplômés internationaux en médecine : Réussir l’examen d’évaluation du Conseil médical du Canada (EECMC) ne sera plus un critère d’admissibilité pour présenter une demande à l’examen de la CNE.

Les étudiants et les diplômés internationaux en médecine ne seront plus obligés de passer l’EECMC avant de pouvoir présenter une demande pour l’examen de la CNE. Les candidats admissibles pourront passer l’examen de la CNE et l’EECMC dans l’ordre qu’ils préfèrent ou même au cours du même mois.

Pour tous les candidats qui passent l’examen de la CNE

Les candidats qui auront réussi (ou échoué) l’examen de la CNE pourront le repasser jusqu’à un maximum de trois tentatives.

À compter de mars 2018, les candidats qui repassent l’examen devront attendre une session avant de le faire, peu importe s’ils ont réussi ou échoué à l’examen. Par exemple, un candidat qui passe l’examen de la CNE en septembre 2018 pourra reprendre l’examen au plus tôt en septembre 2019, sautant ainsi la session de mars 2019.

Ces nouveaux critères d’admissibilité s’appliquent à tous les candidats et offrent plus d’occasions aux candidats de se préparer pour leur prochaine tentative.

Puisque la nouvelle modalité de « sauter » une session ne s’applique qu’à compter de 2018, les candidats qui passeront l’examen en septembre 2017 pourront le reprendre, s’ils le désirent, en mars 2018.

Auparavant (depuis 2015) : les candidats qui réussissaient l’examen ne pouvaient pas le reprendre. Le comité de gouvernance, le Comité central de coordination de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (C3CNE), a revu cette approche en tenant compte du processus concurrentiel auquel font face les candidats lorsqu’ils présentent leur candidature pour la résidence.

Pour les étudiants internationaux en médecine qui présentent une demande à l’examen de la CNE

Anciennement, les étudiants pouvaient passer l’examen de la CNE en septembre de leur dernière année d’études en médecine, après avoir passé l’EECMC. Les critères d’admissibilité ont maintenant été modifiés puisque les candidats peuvent désormais passer l’examen de la CNE en premier. Avec les nouveaux changements, les étudiants internationaux en médecine peuvent désormais présenter une demande pour l’examen de la CNE au plus tôt dans les 12 mois précédant la date prévue d’obtention de leur diplôme.

Pour obtenir davantage de renseignements sur ces modifications, veuillez consulter notre page Web Faire demande et critères d’admissibilité portant sur l’examen de la CNE.

À l’automne, nous vous enverrons un message de rappel concernant ces modifications, avant le début de la période d’inscription pour la session de mars 2018 de l’examen de la CNE.