Comprendre le processus d’examen du CMC : plus qu’une nouvelle note de passage

Cette année, ce n’est pas seulement la note de passage qui a changé pour l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I; c’est aussi l’échelle sur laquelle les notes sont rapportées. En savoir davantage.

Cette année, ce n’est pas seulement la note de passage qui a changé pour l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I; c’est aussi l’échelle sur laquelle les notes sont rapportées.

Lorsque les candidats recevront leurs résultats de la première session de l’EACMC, partie I, conformément au nouveau plan directeur, ils se concentreront probablement sur les mots clés « réussite » ou « échec ». Mais les candidats, en plus des directeurs de programme, voudront peut-être aussi savoir dans quelle mesure ils ont bien réussi.

Cette année, deux changements importants ont été introduits : une nouvelle note de passage et une nouvelle échelle de notation sur laquelle les notes sont rapportées. Les résultats avant 2018 ont été rapportés sur une échelle allant de 50 à 950. À compter de 2018, les résultats sont maintenant rapportés sur une échelle allant de 100 à 400. Une note de 300, par exemple, signifie quelque chose de différent sur la nouvelle échelle.

Comprendre comment et pourquoi l’échelle de l’EACMC, partie I, a changé peut aider les candidats et les directeurs de programme à interpréter les résultats et à prendre des décisions.

Du plan directeur, à la note de passage, à l’examen

Ces changements proviennent du plan directeur du Conseil médical du Canada (CMC). « Un plan directeur est un cadre pour la mise en place de nos examens », explique la Dre Claire Touchie, conseillère en chef en éducation médicale du CMC. Établi au moyen d’une analyse de la pratique en 2013, le nouveau plan directeur a marqué un changement important dans les connaissances, les compétences et les comportements exigés des médecins qui ont été évalués lors des examens.

«Nous mettons maintenant davantage l’accent sur la communication et les comportements professionnels, les aspects psychosociaux de la médecine, la promotion de la santé et la prévention des maladies. Avec un changement comme celui-ci, il est préférable de changer l’échelle sur laquelle se fait la notation de l’examen pour souligner le changement d’approche » explique Mme Liane Patsula, Directrice associée de Psychométrie et services docimologiques, CMC.

« Avec un nouveau cadre d’examen et une nouvelle échelle de notation, la prochaine étape a été un exercice d’établissement du seuil de réussite pour déterminer la note de passage », déclare la Dre Touchie. « Comme il s’agissait d’un nouveau plan directeur et d’une nouvelle structure d’examen, nous avons non seulement rétabli la note, mais nous avons aussi changé notre standard. » Elle souligne que les taux de réussite aux examens du CMC sont fondés sur le standard attendu pour les médecins, et non sur la réussite ou l’échec d’un certain pourcentage de candidats.

Un exercice rigoureux d’établissement du seuil de réussite a été effectué en juin 2018 avec un panel d’experts composé de 22 médecins de partout au Canada représentant des facultés de médecine, différentes spécialités et de nombreuses années d’expérience en supervision d’étudiants et de résidents. Le panel a recommandé une note de passage de 226 qui a été approuvée par le Comité central des examens (CCE; voir Établir le standard). Le CCE, composé de médecins et d’éducateurs en médecine de partout au pays, est responsable d’octroyer les résultats de réussite/échec aux candidats qui ont subi l’EACMC, partie I et partie II.

Comparer l’ancien et le nouveau

« Une autre raison de changer l’échelle de notation était de dissuader les candidats et les directeurs de programme de comparer automatiquement les notes entre l’ancienne et la nouvelle échelle », déclare la Dre Touchie.

Cependant, cela peut entraîner des difficultés. Mme Patsula a présenté un scénario : « Un directeur de programme pourrait avoir 200 candidats. Certains ont une note sur l’ancienne échelle et d’autres sur la nouvelle. Comment se comparent-elles? »

Même s’il ne faut pas comparer directement les notes obtenues aux examens précédents et aux examens de 2018, Mme Patsula recommande de déterminer où se situent les notes en ce qui a trait à la moyenne et à l’écart-type qui étaient en place pour une session d’examen donnée (voir Comment votre note globale à l’EACMC, partie I, peut-elle être utilisée pour évaluer le rendement relatif).

Comprendre le résultat

Pour aider les candidats à comprendre leurs résultats, le CMC continuera d’envoyer un relevé de résultats d’une page (voir un exemple), qui comprend le résultat final, la note globale ainsi que la note de passage. De plus, un rapport d’information supplémentaire (voir un exemple) sera fourni, présentant des notes partielles en format graphique pour les dimensions des soins et les activités du médecin, permettant aux candidats d’évaluer leurs forces et leurs faiblesses relatives et de comparer leurs notes partielles avec la moyenne des notes partielles des candidats qui ont réussi l’examen en avril 2018.

« Ces rapports sont d’abord et avant tout destinés aux candidats, qui peuvent décider de les partager ou non », explique Mme Patsula. Puisque les candidats et les intervenants ont été pleinement informés des changements apportés à l’EACMC, partie I, l’interprétation des résultats devrait être plus significative et utile.